Menu 

Notre histoire, notre pays : Hnahnedi

Une grande journée de rencontres et de partage au lycée Blaise Pascal autour de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie : les élèves qui suivent l’enseignent d’exploration Littérature et société ont vécu avec leurs camarades de Blaise Pascal et Anova une journée inoubliable (la classe de Lifou n’a finalement pas pu se déplacer).

Au nom des coutumiers du Sud, le grand chef et sénateur Hilarion Vendégou, et Gilbert Tein au nom du Sénat coutumier, ont solennellement ouvert la journée par une coutume présentée à la direction du lycée Blaise Pascal.

Puis, dans l’auditorium, l’archéologue Eddy Wadrawane a présenté les phases de peuplement de la Nouvelle-Calédonie, et ce qu’on sait des différents types de société qui s’y sont développé. Ensuite l’historien Ismet Kurtovitch a parlé de la colonisation, par des individus d’origine anglo-saxonne d’abord (les familles Winchester, Paddon, Holsten), les santaliers et les baleiniers, puis par l’administration française, et bien sûr de la période du bagne et de l’engagement de travailleurs ni-vanuatu d’abord, puis asiatiques, et plus tard polynésiens.

Il a d’ailleurs insisté sur l’ambiguïté du terme « communauté », qui ne revêt pas de réalité sociale. Les interventions des invités ont montré que chacune vit différemment son rapport à « sa » culture : des descendants de Japonais qui ont été coupés de la culture nippone, aux Javanais qui cultivent un grand dynamisme culturel. Finalement, les traditions s’interpénètrent, si bien que le bami est devenu un plat authentiquement calédonien ! La communauté kanak, la seule pour laquelle on peut parler de « peuple », est inquiète de son avenir, selon Gilbert Tein, et se demande ce qu’elle sera dans quelques dizaines d’années.

Vers 10h30, les intervenants se sont répartis dans plusieurs espaces avec des petits groupes d’élèves, et ont échangé avec eux jusqu’à la pause de midi : Gilbert Tein (ancien président et membre du Sénat coutumier) pour la communauté kanak, Raymond Guépy (président de l’Association des pionniers de Nouvelle-Calédonie) pour les Calédoniens d’origine européenne, Raymond K. Manuake (consul général du Vanuatu) pour les Ni-vanuatu, Marie-José Michel (consule honoraire du Japon) pour les descendants de Japonais, Marcel Magi (président de l’association Asal Usul) et Thierry Timan (président de l’Association des Indonésiens de Nouvelle-Calédonie) pour les Javanais, Christine Brodin et Jean Vanmai pour les Vietnamiens, et Marie-José Volny (membre de l’Amicale des Antillais et Guyanais) pour les Antillais. Malheureusement, les représentants des Wallisiens et Futuniens, des Tahitiens et des Arabes n’ont pas pu se déplacer ce jour.

Alors que les élèves prenaient repos sous les tentes devant la scène, Michel Soutart, son fils Enrique et Iskandar ont présenté une magnifique prestation de pencak silat du style Cimande, accompagnée de tambours et du gong. Quand l’Indonésie était colonie hollandaise, les colons interdisaient aux amateurs d’art martial de s’entraîner. S’est ainsi qu’est né ce style, mêlant danse rythmée par les tambours et chorégraphie martiale. A l’issue de la prestation très applaudie, deux élèves ont bravé leur timidité pour monter sur la scène, et suivre les mouvements d’Enrique. Pas facile, mais elles se sont bien débrouillée, sous les applaudissements du public.

Après la pause sandwich, les lycéens se sont retrouvés dans l’auditorium pour présenter à leur camarades le fruit de leurs recherches : les élèves d’Anova ont commencé par un sketch illustrant la problématique de la recherche de l’identité par l’histoire, les élèves de Blaise Pascal ont ensuite diffusé des interviews qu’ils avaient filmées, et qui montraient comment plusieurs habitants de Nouvelle-Calédonie s’identifiait à ses origines. Puis les élèves de Do Kamo ont présenté la cérémonie du mariage à Maré, et un très bel exposé sur les danse du Wetr (district nord de Lifou).

Après les remerciements d’usage, il a bien fallu se séparer, et chacun est retourné dans son établissement, plein d’espoir dans l’avenir du Pays.

 

 

NC 1ère était là, voici ici l’article paru sur leur site internet.

 

hnahnedi-rfo

 

Et le reportage de NC 1ère diffusé samedi soir :

Commentaires

  1. avatar Christine BRODIN a écrit

    Bonjour Monsieur COLLET,
    Bravo pour le compte-rendu de la journée du 23 septembre.

    J’ai beaucoup apprécié cette rencontre avec les lycéennes, et ces moments de partage et de convivialité.
    Merci aussi pour les photos !!!
    Bien cordialement
    Ch. BRODIN

  2. avatar VOLNY-ANNE Marie-Josée a écrit

    Bonjour à tous,

    J’ai apprécié ce moment de partage de l’histoire de ma communauté antillo-guyanaise avec un petit groupe de lycéens et d’échanges avec les représentants des autres communautés présentes.
    Merci pour l’accueil que nous ont réservé les coutumiers, les organisateurs de cette manifestation et les élèves.

    Marie-Josée VOLNY-ANNE
    amicale Antilles-Guyane

Laissez un commentaire

*