Menu 

Dominique Katrawa : mobile homme

Economiste de formation et esprit curieux de nature, le Drehu Dominique Katrawa  a sillonné la planète Eramet, avant de se voir proposer le poste de secrétaire général de la filiale SLN. Un point de plus dans un parcours atypique.

Les mots cacheraient presque une blague, voire un mensonge, à la première écoute. Enfant, « j’étais un peu turbulent ». Incroyable. Les parents de Dominique Katrawa, en envoyant leur progéniture au collège protestant Do-Néva de Houaïlou pour le « cadrer », ont réussi leur tour de force. Dans son bureau tout neuf de secrétaire général de la SLN, le Drehu de Lössi, à aujourd’hui 48 ans, pourrait concourir pour le titre calédonien de l’homme le plus posé, réfléchi, attentif. Le calme des îles incarné. Un gars même « effacé » selon d’anciens collègues qui, pour autant, n’ont que des gentillesses à lui adresser. Dominique Katrawa a, lui, toujours suivi son chemin tracé par une matière : l’économie, sous tous ses aspects, du développement territorial à l’analyse financière, en passant par les études statistiques. Et cette voie l’a amené à bouger autour du globe. Tel est même son credo. « C’est bien de partir pour découvrir, revendique ce passionné de sports, de foot en particulier. Je milite pour la mobilité géographique ».
A 20 ans, les voiles ont été mises vers la Métropole et un cursus bien établi. Vers Lyon tout d’abord, « une trop grande ville », puis Grenoble, « je m’y suis senti bien, et on allait faire du ski », enfin, Paris, pour empocher le DEA de sciences économiques. Peu après son arrivée, au début des années 80, l’Hexagone vit des moments particuliers. Dans les facs notamment, avec la gauche au pouvoir. La sale odeur de la poudre, celle des Événements, a ensuite fait des milliers de kilomètres. « Ça nous perturbait, se souvient Dominique Katrawa. J’en discutais avec des profs qui ne savaient même pas où était la Nouvelle-Calédonie. »

Diplômes dans le sac, le retour au pays est une évidence, au sein de grandes maisons. Comme à Enercal où « il a fait, je pense, ses armes », note un employé, et à la Sodil où « les problématiques de développement me passionnent », souligne l’intéressé qui en a assuré le leadership. Et à Eramet, intégré fin 2007, qui n’a d’ailleurs jamais été très loin : pendant les études universitaires, le groupe avait accordé au Loyaltien une bourse « sans contrepartie ». Direction le siège à la tour Montparnasse, mais rarement sur son fauteuil de bureau. Le rôle d’auditeur à la direction administrative et financière de la major implique un avantage rêvé, le voyage. Car « nous allons dans les entités  » du pôle réparties sur les cinq continents. Le Gabon, la Chine, le Brésil, Hong Kong, les Etats-Unis, la Norvège, et bien d’autres points de la planète verront passer Dominique Katrawa. « J’avais douze missions d’audit dans l’année, une par mois ! », axées sur les processus administratifs et techniques. Sincèrement, « je ressors grandi de cette expérience. J’ai découvert la chimie manganèse, la branche alliages et le process du recyclage  ». La fonction est placée aux premières loges des marchés. Mais en août, la réalité d’un unique terrain lui est présentée, chez lui, en Nouvelle-Calédonie : l’univers du nickel à la SLN  est traversé par une actualité sensible, le Pac (plan d’amélioration de la compétitivité) et ses obligations d’effort à tous les étages. Éteint depuis quelques années, le poste de secrétaire général est réveillé. Ce poste de la Société Le Nickel qui a été occupé il y a longtemps « par Jacques Iékawé  ». Aujourd’hui, l’économiste de Lifou, amateur du peintre Degas, a l’œil sur les services juridique et fiscal, communication, et relations communautaires. Un nouveau pari. Son parcours atypique, remarque un ancien camarade de travail, révèle bien « quelqu’un qui cherche toujours à apprendre ».

Yann Mainguet (Nouvelles Calédoniennes)

Bio express

1962 : Naissance à Lifou, district de Lössi.
1982 : Après un baccalauréat B (économie) décroché au lycée Do Kamo (Nouméa), départ pour Lyon, puis Grenoble et enfin Paris, afin de poursuivre des études d’économie. Service militaire dans les Ardennes « en plein hiver ».
1990 : DEA de sciences économiques. Thèse sur la problématique du salariat en Nouvelle-Calédonie, sous la direction de Jean Freiss. Retour en Calédonie. Prend un poste de chargé d’études à l’Itsee, l’ancien Isee.
1996 : Après un passage à la Sodil comme directeur adjoint, puis une formation Cefeb
de management et analyse financière auprès de l’AFD, à Marseille, intégration d’Enercal à Nouméa au poste d’adjoint du directeur financier.
1999 : Directeur général de la Sodil.
2000 : Membre du Conseil économique et social (CES)
de Calédonie, jusqu’en 2010.
2006 : Chargé de mission au sein du gouvernement Thémereau.
2007 : Auditeur à la direction administrative et financière d’Eramet à Paris.
Août 2010 : Secrétaire général de la SLN à Nouméa.

Ce document provient du site Internet http://www.lnc.nc, les droits de reproduction sont réservés et strictement limités.

Commentaires

  1. avatar christian a écrit:

    félicitations chaleureuses à Dominique pour son beau parcours!!!!! un exemple à suivre pour les jeunes.

  2. avatar katrawa marie therese a écrit:

    Felicitation pour le parcours a Mr katrawa dominique une reference pour la nouvelle generation.Tres fiere de son cv.Je lui souhaite un bon parcours professionnel dans ce qu il entreprend en tant que secretaire general de la SLN a Noumea.

  3. avatar Andy KATRAWA a écrit:

    C’est un chemin à suivre…
    Félicitation pour ce parcour

Laissez un commentaire

*